Zoom sur le business des poupées sexuelles

Ma première impression a été que j’étais entré dans un pavillon de chasse – seuls ces trophées arboraient un brillant à lèvres brillant et des cheveux taquinés. Leurs yeux statiques se sont tournés vers une distance moyenne, à l’exception d’une paire, située dans un visage ressemblant à Angelina Jolie, qui semblait me regarder droit dans les yeux. J’ai souri maladroitement, comme pour dire « bonjour », puis je me suis rapidement éloigné de son regard sans vie.

Mon arrivée dans l’usine

J’étais dans le hall du fabricant de poupées sexuelles, à côté d’une paire de modèles grandeur nature aux gros seins soutenus par des supports en métal. C’était à peu près ce que j’attendais de ma visite au siège de l’entreprise à San Diego : des physiques improbables incapables de se débrouiller seuls.

Près de deux décennies plus tard, ma visite en tant que journaliste au siège ressemblait à un pèlerinage personnel. C’était en janvier 2017 et Donald Trump venait de prêter serment après s’être vanté de sa capacité à « attraper » les femmes par la « chatte ». Il me semblait que le marché de ces corps inanimés était le reflet d’un genre similaire de droit sexuel et d’objectivation joyeuse des femmes. Ces sociétés vendent principalement des poupées « femmes » comme la poupée Ariel entre guillemets aux hommes, ses modèles « hommes » ne représentant que 10 % de ses ventes. Chaque année, l’entreprise vend environ 350 à 400 poupées à partir d’environ 6 000 € pièce.

Mais mon guide, une femme aux yeux chaleureux et au sourire aimable, m’a pris au dépourvu. Parfois, a-t-elle dit, les clients demandent des visages sur mesure basés sur le visage d’un conjoint décédé. Elle m’a rapidement fait signe de passer, mais je me suis arrêté sur place, regardant les têtes. Faire le deuil des veufs n’était pas quelque chose que je m’attendais à trouver ici. J’aurais peut-être dû mieux le savoir.

Je suis un journaliste qui écrit sur le sexe, et mon travail complique régulièrement les hypothèses stéréotypées sur la sexualité des hommes hétérosexuels. Bien sûr, je me suis heurté à de nombreux tropes prévisibles que j’attendais, mais j’ai plus souvent constaté que les hommes défient le cliché du désir superficiel et sans émotion. Qu’il s’agisse d’interviewer des hommes sur leur vie intime ou de répondre aux questions des lecteurs pour une chronique de conseils sexuels, j’ai régulièrement rencontré de la tendresse, de la vulnérabilité et de l’anxiété.

La même chose s’est avérée vraie pour ma visite, qui a presque à chaque fois souligné l’inattendu autour du désir des hommes hétérosexuels.

Conclusion ?

Il faut savoir faire la part des choses avec ce type de produit, sans l’aborder avec un système de valeur qui peut être archaïque.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *